Très souvent des nouvelles idées pour gérer les problèmes de mobilité et de pollution sont annoncées par divers responsables de territoires. 

Le dernier en date, l'interdiction en 2020 de la circulation des voitures antérieures à 2011 à Paris.

Bientôt pour circuler dans certaines zones de France, il faudra une voiture électrique bleue fabriquée, dans une usine localisée précisément, entre les mois de février et avril...

Tout ceci semble assez déraisonnable et ne traite pas le problème de fond.

Quel est ce problème de fond ? La circulation des voitures ? Celle des transports en communs ?

Pourquoi en sommes nous arrivés à cette situation ?

Le problème ne viens pas du déplacement mais du pourquoi du déplacement. Sans cesse, nous faisons plus grand, plus dense, il faut aller plus vite.

Les proches alentours des grandes villes de France en sont donc saturés.

Au lieu de chercher des solutions pour toujours faire passer plus de monde au même endroit et au mêmes horaires, ne serait-il pas plus simple de diversifier les lieux où nous avons besoins de nous rendre ?

Améliorer le cadre de vie ne passe pas seulement par la modernisation des transports, des infrastructures, des immeubles de bureaux et d'habitation. Si tout cela est fait au détriment de l'espace de vie, du temps perdu pour aller au travail, faire ses courses, aller se divertir et de ne plus avoir comme choix que de payer pour aller s'enfermer pour le moindre loisirs, cela en vaut-il la peine?

La France a tellement de ressources, d'espace inutilisé, devenu inutilisé et abandonné qu'il serait peut-être bon de changer notre vision.

Étalons-nous pour mieux respirer, mieux vivre, re-créer des emplois, avoir plus de temps, créer des nouvelles relations humaine et avoir un cadre de vie plaisant.